Camping car et parapente

Tout ce qui ne concerne pas vraiment nos passions camping-car, mais dont on aime parler.
Avatar du membre
jpg74
Participant
Participant
Messages : 285
Enregistré le : mer. 22 janv. 2014 16:52
Département [Pays] : Haute Savoie
Votre Camping-Car : Engin de location, plus pratique pour nous
Tranche d'Age : 55 à 75 ans

Camping car et parapente

Message par jpg74 » ven. 26 févr. 2016 16:30

Ce post est un petit clin d’œil.

Je me suis permis de citer Dan454 sur un vieux post de Pit datant de 2012, puisqu'il se pose aussi des questions ?

e: Questions à se poser avant le choix du camping-car
Message par dan454 » Mer 26 Nov 2014 09:37

J'ai un peu l'impression que pour choisir son camping car...faut déjà avoir fait bcp de...camping! Et aimer s’intégrer dans un bout de nature le plus discrètement possible, en se disant qu'on a la chance d'observer cette nature la plus sauvage possible!!! Un peu comme quand on fait une course d'alpinisme; se dire qu'on a une chance énorme d'être arrivé là haut, mais se dire aussi que si la montagne t'accepte ce coup-ci, ça sera pas tjrs. le cas...
En gros, si on achète un C.C. en y mettant tout les gadgets que la société de "sur"consommation nous propose, on est mal barré pour jouir de ce que j'ai décris plus haut.....
La définition de son C.C. doit se faire avec les mêmes règles que celles que l'on adopte pour faire son sac à dos...Se poser plusieurs fois la question;"Ais je vraiment besoin de ça et pourquoi je l’emmène???"
Si je suis un intégriste de la protection de l'environnement ?? oui..pourquoi cette question..... :peinæ¶ðffe:
Avatar de l’utilisateur
dan454
Participant
Participant

Messages: 310
Inscription: Mar 18 Nov 2014 13:24
Département [Pays]: Cher
Votre Camping-Car: ...Hymer car 322 Street Line
Tranche d'Age: 55 à 75 ans


En parapente bivouac , le parapentiste se pose les même questions, faut il emmener tout ce fatras, sachant qu'en plus il faut le trimbaler tout le temps, et si posés en haute montagne, pouvoir coucher et re décoller le lendemain ? Surtout si la durée des transitions dure une bonne semaine voir plus ?

Avatar du membre
hva
Administrateur
Administrateur
Messages : 3119
Enregistré le : mar. 6 déc. 2011 18:21
Département [Pays] : Saône et Loire
Votre Camping-Car : Font-Vendome Mondéa
Tranche d'Age : 55 à 75 ans
Localisation : Bourgogne

Re: Camping car et parapente

Message par hva » ven. 26 févr. 2016 21:21

Parapente bivouac...............

Je ne savais pas que ça se pratiquait, mais effectivement, la chasse au poids est évidemment de circonstance.

En trekking, il n'est pas rare de se trimballer avec 15-18 kgs sur le dos (je préfère 15 :lol: ) suivant l'équipement, la saison , la durée.

J'imagine qu'en voile, ce poids n'est pas permis, donc certains choix s'imposent.

Intéressant comme discipline, mais j'ai jamais rencontré dans mes montagnes traversées une voile bivouac .

Je vais me coucher moins bête ce soir :-)
C'était si beau que j'ai fermé les yeux

dan454
Participant
Participant
Messages : 632
Enregistré le : mar. 18 nov. 2014 13:24
Département [Pays] : Cher
Votre Camping-Car : ...Hymer car 322 Street Line
Tranche d'Age : 55 à 75 ans

Re: Camping car et parapente

Message par dan454 » sam. 27 févr. 2016 08:26

Je me souviens d'un raid fait avec une guide...et ou ce guide avait pratiquement fais vider nos sacs au départ, pour "contrôler" et sensibiliser ceux qui avaient emporté du superflux....et j'avoue avoir été scotché par certaines pièces relativement inutile en raid.....comme du parfum par exemple!!! :shock:
Je prefere le vin d'ici à l'eau de là......

Avatar du membre
jpg74
Participant
Participant
Messages : 285
Enregistré le : mer. 22 janv. 2014 16:52
Département [Pays] : Haute Savoie
Votre Camping-Car : Engin de location, plus pratique pour nous
Tranche d'Age : 55 à 75 ans

Re: Camping car et parapente

Message par jpg74 » sam. 27 févr. 2016 10:16

En faits il y a quelques années un gars très bon en parapente part de Roquebrune Cap Martin près de Nice, pour rallier Chamonix par les alpes, bien sur entre printemps et été.

Il a mis une bonne semaine si ce n'est pas plus pour ce parcourt au grès des vents et des ascendances.

Son problème était l'emport du matériel de vol et des bivouacs en montagnes, car pour re décoller, on est obligés de le faire sur une pente en hauteur, pas possible de faire ça en plaine. (absence de moteur aux fesses)

Il lui a donc fallut sélectionner avec soin son matériel qu'il chargerais dans sa sellette au dos de celle ci. Et bien sur choisir sa voile avec soin en surface portante sachant le poids d'emport en plus.

Coté couchage il coucherais dans sa voile, coté bouffe un emport à la fois maxi et mini, lol pas question de descendre en plaine bouffer dans un resto. Bien qu'il l'ai fait plusieures fois parce que forcé d'atterrir en basse couches, mais de remonter en pentes pour re décoller. Pareils pour la flotte nécessaire quoi que en haute montagne il puisse en trouver.

En faits et vous le savez tous, boire de l'eau de source, à conditions qu'elle ne soit pas polluée par les bestiaux en alpages ou autres animaux en liberté.

C'est le fameux gars qui se posant sur une pente pour pisser voit sa voile foutre le camp avec sa sellette emportée par le vent et qui a fait seule en libre 200 bornes, obligé de descendre en plaine pour la récupérer car il y avait ses coordonnées sur sa sellette, le gars ayant emporté un téléphone portable.

Souvent il lui a fallut remonter les pentes pour re décoller, il en a profité alors pour se restaurer et faire toilettes, Parapente bivouac oui, mais pas parapentiste crados.

Sa finalité en faits était de faire des transitions aériennes de sommets en sommets et il y est arrivé, un fabuleux voyage.

Oui le vol bivouac existe bien depuis l'origine du parapente, celui ci n'est pas que local, très souvent de très bons sportifs ont faits ces vols parcourant journellement 100 à 200 km, bien sur pas en ligne droite, mais de sommets en sommets en zigzagant, bien sur il faut très bien connaitre l'aérologie et les massifs traversés.

Il ne faut surtout pas croire que c'est facile, car souvent , s'il trouve des ascendances ça va tout seul mais aussi très souvent il trouve des dégueulantes qui le ramène au tapis, et que les conditions fumeuses ne se trouvent pas tous les jours, car parfois le temps est pluvieux alors vols impossible, il faut alors trouver abris sous peine de gâcher tout son matériel.

Quand je pratiquait encore j'avais fait un vol transition de St Hilaire du Touvet vers Grenoble et retour sans me poser soit 30 à 40 km en ligne droite, mais faits en zig zag en suivant les profils de terrains, profitant des ascendances locales parfois fort éloignée du but que je m'était fixé, en tout partis de St Hil à midi retour à Lumbin à 19 h 7 h de vol consécutif, avec des maxi à 1800 mètres et des mini à 20 mètres sol.

Très souvent j'ai cru me vacher tout en recherchant les pompes salvatrices qui m’élèverait bien au dessus.

C'est très long ces recherches d'ascendances, ou parfois on se loupe dix fois de suite au même endroit ascendances suivies de dégeulantes qui vous ramènent plus bas que du point ou vous Etes partis, d'ou observation rigoureuse de a nature, des feuilles qui frémissent des vols des rapaces, connaissance des lieux survolés maintes fois, conseils des experts .

Sur ce trajet il y avait à franchir un goulet de 500 mètres ou l'on savait que ça descendrait un maximum, pas d'autres solutions que de rechercher les ascendances qui vous mènerait à 2000 mètres et plus, car le franchissement était synonyme de perte d'altitude monstrueuse. Alors on galère des heures durant à chercher ces pompes, et cela dans les deux sens.

Ce goulet était une échancrure dans la montagne appelé cirque, ou justement l'aérologie était capricieuse, alors on s’enfile dans le cirque à a recherche des pompes, et ça peut durer longtemps, c'est ce que j'ai fait au retour parce que je ne pouvais faire autrement, ça a été 5 km de perdu pour rien, pour finalement après contournement par l'intérieur du cirque trouver l’ascendance qui me propulse à 1500 mètres de quoi rejoindre St Hilaire.

C'est toujours facile de baisser les bras et de vacher et revenir en stop, mais c'est pas le but du parapente.

En faits mais c'était trop tard dans l'après midi, grimper aux dents de Crolles au dessus de St Hill, et en plus j'avais une sacrée envie de pisser il fallait que je me pose pour ce besoin urgent, ne sachant pas me twister dans mes suspentes ? ( twister ? se retourner et voler à contre sens pour pisser) au lieu de tout prendre dans la poire, ça se vaporise derrière soit. Je me suis posé à Lumbin après plus de 7 h de vol, et il y en avait encore en l'air jusqu'à fort tard dans la soirée.

Comme quoi, quand on a de la gnaque on peut y arriver à faire de longues transitions, ce sont nos plus beaux vols personnels.

Retourner vers « Hors-sujet »