Camping-Car: Péloponnèse, Cythère, Crète (2014)

Ici c'est l'endroit où parler des voyages à l'étranger (hors de France) que vous avez fait, et où mettre vos compte-rendus de voyages. Pour les voyages que l'on prépare c'est la rubrique d'à côté !
Avatar du membre
skyros
Membre
Membre
Messages : 33
Enregistré le : mar. 17 déc. 2013 22:06
Département [Pays] : Nord
Votre Camping-Car : Brisebras
Tranche d'Age : 55 à 75 ans

Re: Péloponnèse, Cythère + Crète en CC (2014)

Message par skyros »

:{|¥↓¶↓\^œı: pour tout ce temps passé car il nous fait rêver quand on n'y est pas !

:{|¥↓¶↓\^œı: pour la profusion de détails pratiques, pas vraiment pour les randos car on se sent très petits en comparaison
mais pour les routes et les bivouacs c'est un bonheur.

MINETTE74

Re: Péloponnèse, Cythère + Crète en CC (2014)

Message par MINETTE74 »

OK, merci pour ces renseignements et pour la combine du bidon, ce sont ceux utilisés en Rafting, ou hydrospeed, bref dans les randonnées de rivières par exemple .

Avatar du membre
jpg74
Participant
Participant
Messages : 285
Enregistré le : mer. 22 janv. 2014 16:52
Département [Pays] : Haute Savoie
Votre Camping-Car : Engin de location, plus pratique pour nous
Tranche d'Age : 55 à 75 ans

Re: Péloponnèse, Cythère + Crète en CC (2014)

Message par jpg74 »

Oui pitt, mais avec la formule en phonétique :parakalo, pou iné ipari ena aftomati plintirio edo konta, sas efaristo poli kirié , kiria, despinis lol

J'ai hate d'y etre ?

Avatar du membre
Pit
Administrateur
Administrateur
Messages : 4406
Enregistré le : sam. 17 déc. 2011 11:59
Département [Pays] : Isère
Votre Camping-Car : Ducato L4H3 Isère Evasion Sept Laux sur mesure
Tranche d'Age : 55 à 75 ans
Localisation : Dans les Alpes ou en voyage

Mai Juin 2014: Suite2 = Crète Côte Est

Message par Pit »

Ce récit se rattache à notre périple en camping-car, plus vaste, du Printemps 2014, dont vous trouverez la présentation ICI dans la même rubrique.
La destination principale était la Crète, mais nous avons au passage visité d'autres régions de Grèce (île de Cythère, intérieur du pays, ...) vu que, étant à la retraite, nous avons tout le temps.
:grin:
Après la côte Nord, nous allons parcourir l'Est de la Crète, bien moins urbanisé, sans grand complexes touristiques, il y a juste quelques petits hôtels, des chambres chez l'habitant, aucun camping, et aussi des touristes à la journée en voiture de location.
Nous verrons très peu de camping-cars sur cette côte Est.

Mercredi 21 Mai 2014

Après Agios Nikolaos, nous longeons la côte par la grand route jusqu'à Istron où nous la quittons pour prendre une route étroite (encore !!) qui va vers la mer.

Je vous mets un bout de carte de la côte près d'Istron :

Image

Vous avez compris ce qui nous a attiré là-bas, et qui doit attirer beaucoup de monde en saison; mais ce qui est bien c'est qu'il n'y a quasiment aucune construction en bord de mer.
Ah, si : une petite chapelle

Image


On s'est posé là pour casser la croûte, il faisait un vent à décorner un bœuf et le sable volait, très peu de monde à découvert sur les plages :

Image

Il y a plusieurs plages sympathiques, soit du beau sable soit des galets, mais éventuellement avec un accès "routier" pouvant être étroit, et les vagues peuvent être assez proches si gros temps.
:-)

Image

Image

Image

Image

On y a vu un fourgon bleu du 59 que nous allons revoir très souvent dans les prochains jours.
Il y a là une petite kantina où il faut avoir le temps avant d'être servi, mais nous l'avons.

Image

Image


Nous reprenons la grand route, passons au-dessus du site de l'ancien camping Gournia Moon (définitivement fermé), passons à Pachia Ammos, une petite station balnéaire (Rappel : «ammos» veut dire sable en grec). A la sortie Est du village, vous remarquerez une chapelle bien colorée dans un no man's land, et un peu plus loin un tout petit petit port, avec un tout petit chenal.

Nous rejoignons la plage de Tholos, très joli site, belle plage de sable et galets.
Bain agréable, il y a une douche sur la plage.
Un convoi d'une dizaine de petits 4x4 est sur place, des français qui ont loué ces véhicules pour explorer la Crète à la journée, à la queue leu leu, sous la conduite d'un guide : pas trop notre truc.

Il y a un tout petit port sur le côté ouest de la baie (protégé des vagues par une petite jetée), une taverne au milieu (fermée ce jour-là) et deux trois maisons sur le côté Est.

Image

Sur la côte Est, de grandes taches blanches intriguent, et la mer a aussi un aspect un peu laiteux; c'est une énorme carrière de gypse taillée dans la falaise.

Image

Les 4x4 s'en vont en fin d'après-midi, et un peu plus tard les derniers baigneurs grecs partiront aussi : nous serons tout seuls sur la plage et pour une nuit au bord de la mer.

Image

Nuit tranquille, malgré le panneau 'No camping' mais nous n'avons pas campé, juste stationné !
:-)

Par contre, le matin, un bulldozer se met à l’œuvre sur le plage côté Est : il déblaie les galets amenés par les tempêtes de l'hiver et fait apparaître petit à petit le sable sous-jacent.
Nous revoyons le fourgon bleu qui vient faire un tour mais il repart quand il voit et entend le bull.

Direction Mochlos.
La route nationale domine d'assez haut la mer, très jolis panoramas sur notre coin bivouac et sur la côte Ouest du golfe de Mirabello quand les lauriers roses bordant la route ne sont pas trop hauts.

Image

On bifurque sur la gauche vers Mochlos, on ignore la route de la carrière et nous voilà au-dessus de ce joli village, avec son île à quelques encablures.

Image

Image

Nous sommes un peu déçus par le village, le site est joli, il y a des tavernes sympa mais pas moyen de se poser dans un bel endroit, même pour se garer on a dû rester au bord de la route. Peut-être n'avons nous pas assez cherché ?
Cependant, on a croisé les gens du 59 avec le fourgon bleu et ils nous ont dit qu'ils n'avaient rien vu, aussi après un petit café au bord de la mer, nous rejoignons la grand-route.

A Exo Mouliana, ne faites pas comme moi : j'ai voulu aller à la petite plage de Richtis, au débouché des gorges du même nom; la route n'en est pas vraiment une, c'est une piste souvent - mal - bétonnée (avec des tronçons en terre et du béton irrégulier) et très très étroite, et ça commence dans le village.
Nous avons croisé deux voitures, ce fut limite bien qu'elles aient reculé pas mal jusqu'à un endroit un peu mieux. Merci aux chauffeurs.
J'ai fait demi tour après plusieurs kilomètres, au moment où la piste commence à plonger vers la mer : la descente vers la plage, bien raide, m'a semblé craignos (et encore plus pour le siège de droite, qui était au bord du vide) et, pire, la remontée par le même chemin ou par la piste plus à l'Est semblait vraiment problématique compte-tenu du poids du fourgon.

Trois petites photos de Google pour vous mettre dans l'ambiance, la première est prise environ 500 mètres avant mon demi-tour; la seconde montre la piste tout en haut de la photo au centre gauche (là où j'ai fait demi-tour) et l'arrivée sur la plage

Image

Image

Pourtant la plage est sympa : de l'eau (fontaine), des tables et des bancs de pierre, et peu de monde si ce n'est quelques rares voitures et les randonneurs ayant parcouru le canyon (facile); c'était mon projet pour le lendemain.

Image

On revient à Exo Mouliana, une seule voiture croisée, et j'ai droit pour la journée à la soupe à la grimace de la passagère. Il est vrai que, lors de la préparation du voyage, je n'avais pas assez exploré les vues du coin sous tous les angles avec Google Earth.
:KU&œ±ı:
Donc de préférence, faites la randonnée des gorges de Richtis en laissant le CC sur la grand route à la sortie d'Exo Mouliana, ou alors faites une reconnaissance de la piste-route avec un deux roues pour juger vous même de la praticabilité en fonction de votre CC.

L'ambiance étant lourde, je laisse tomber la rando et nous continuons sur la route nationale; nous laissons sur la gauche la petite route vers le monastère de Faneromeni et le littoral qui lui fait suite (où je sais qu'il y a des coins sauvages où se poser, mais NIET catégorique de la passagère) et on arrive dans la petite ville de Sitia.

Image

Nous la trouvons plus sympathique que Agios Nikolaos, moins touristique et plus authentique, et après un petit tour nous nous posons dans un petit bistrot plein de locaux qui y cassent la croûte, accueil sympa (dialogue en grec !) et la nourriture fut bonne et pas chère du tout.

Nous continuons vers l'Est par le monastère de Toplou que nous visitons car nous l'avions zappé en 1978. C'est un des plus grands de Crète, il possède presque tous les terrains des alentours, y compris la palmeraie de Vaï, mais nous lui préférons qaunt à nous celui d'Agia Triada (dans la presqu'île d'Akrotiri près de Hania).

Image

Image

Image

On continue la route pour aller à l'extrémité la plus à l'Est de la Crète, le Cap Sideros, par une route large et bonne dans un paysage super aride mais qui sur la fin devient militaire et interdite.
Des coins possibles pour se poser pour la nuit, mais attention au vent, fréquemment violent dans ces parages.
Peu avant il y a le site les ruines d'Itanos, une cité portuaire célèbre dans l'Antiquité.
Il y a là trois jolis plages, dont une avec un parking à proximité mais assez courue.
Quant aux ruines, très modestes, disons qu'elles parleront plus aux spécialistes.

Le site, vu depuis la route du cap Sideros :

Image

Les deux plages principales, de part et d'autre du monticule central :

Image

Image

Tout près d'Itanos, se trouve la célèbre palmeraie de Vaî où nous n'irons pas, nous avions vu le site en 1978, presque désert à l'époque.
Maintenant, à ce que j'ai lu (et vu sur des photos de voyageurs), c'est envahi de touristes (des navettes en continu de cars), il y a des alignements de parasols et de chaises longues sur la plage, tout est payant (parking, douche, WC, ...), tout est plus cher qu'ailleurs et les odeurs des restaurants gâcheraient un peu l'ambiance.....
En dehors d'Itanos, une petite plage peut être atteinte à pied depuis Vaï.
Par une toute petite route un peu au Sud, on peut atteindre la plage de Maridati, mais pas vraiment conseillé en camping-car ou fourgon car très étroit.

Nous allons nous poser pour la nuit près de Palaikastro.
La suite très bientôt.
Destrier: 7 Laux, du sur mesure Isère Evasion
Membre UCCF FFACCC
“A l'école, on m'a demandé ce que je voulais être plus tard. J'ai dit 'heureux'. Vous n''avez pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie”John Lennon

Avatar du membre
Pit
Administrateur
Administrateur
Messages : 4406
Enregistré le : sam. 17 déc. 2011 11:59
Département [Pays] : Isère
Votre Camping-Car : Ducato L4H3 Isère Evasion Sept Laux sur mesure
Tranche d'Age : 55 à 75 ans
Localisation : Dans les Alpes ou en voyage

Re: Mai Juin 2014: Suite2 = Crète Côte Est

Message par Pit »

ça roule et ça baigne, il fait beau et chaud !
:f€¶ŋon: :߀¶:

Jeudi 22 Mai, environ 6 semaines que nous sommes sur les routes.

Nous sommes à l'extrémité Est de la Crète, près de Palaikastro ou Palekastro, un gros bourg situé à 2 km de la mer.
L'activité principale reste encore l'agriculture (oliviers, vignes, …), un peu de pèche, le tourisme se développe mais ce n'est pas un tourisme de masse.
A proximité immédiate du village se trouvent les deux plages de Kouremenos et de Chiona, très appréciées des wind surfers, vu que le vent y est fréquent et fort.
Toutes les deux sont possibles pour le bivouac nocturne, du moins hors saison.

Nous choisissons Kouremenos, il y a à l'extrémité Nord un petit port puis une grande plage de sable, avec quelques douches de plage, quelques maisons ou gîtes agréablement situés.
Nous y reverrons le fourgon bleu du 59 !
Après une balade à pied pour parcourir la baie, le bain est bienvenu mais il n'y aura pas trop de relax sur la plage (vent !)

Image

Image

Image

Image

Le lendemain vendredi, le programme comporte une petite randonnée, la descente des gorges de Hohlakies (encore écrit Chochlakies) jusqu'à la mer (un peu plus d'une heure pour la descente) avec comme récompense un petit bain sur la petite plage de Karoumes.
Là encore, le sort s'acharne : pas moyen de se garer sur la grand route et ma femme ne veut pas que je m'aventure vers le village, la rue étroite ne l'inspire pas (le souvenir de la plage de Richtis est trop frais!).

Jolie route vers Zakros, un autre bourg agréable et authentique, quelques tavernes et petits commerces, quelques possibilités d'hébergement.

On descend vers Kato Zakros par la nouvelle route (en 1978, il n'existait qu'une piste, maintenant goudronnée).
En cours de route, un parking (un des départs amont de la randonnée que nous ferons plus tard) et un point d'eau qui nous servira.

On arrive en vue du hameau, quelques tavernes et chambres, plus ou moins en bord de mer, et en vue de notre bivouac, à 5m de la plage (sable et galets), près de deux bateaux qui finissent leur hivernage.
Kato Zakros est un site où il est interdit de construire, ceci grâce aux vestiges archéologiques qui foisonnent dans le coin.
Pourvu que ça dure, avec la crise, le gouvernement grec a commencé à faire sauter quelques verrous.

Le site et notre bivouac, atteint après un petit bout de piste :

Image

Image

Image

Deux CC ont choisi de bivouaquer près des tavernes, et de la circulation.

On part, un peu tard (11h30), pour remonter les gorges de la Mort, avec comme intention un aller-retour, pas la totale qui débouche au bourg de Zakros le haut.
Le départ est près des ruines du palais minoen (visite payante), soit quelques murs de pierre à 100 m de la plage, découverts par les archéologues il y a une cinquantaine d'années. Mais c'est le 4ème site le plus grand de Crète, après Knossos, Phaestos et Malia.

Le cheminement est le long du torrent, à sec la majeure partie de l'année, ou juste au-dessus de lui : pas moyen de se perdre (sauf vers la fin …) ; c'est tapissé de lauriers roses en fleurs et dominé par de hautes falaises, percées de cavités (des tombes à ce qu'il paraît : on n'ira pas vérifier !).
Privilège du Printemps, il y a de nombreuses autres fleurs.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Pas mal de gens en sens inverse, ils descendent vers la mer.
Il fait bien chaud, avec un peu de vent qui nous rafraîchit (et fait trembler les fleurs)

Au bout d'une petite heure, il y a une bifurcation raccourci qui ramène à la route (parking du point d'eau), c'est le chemin le plus emprunté; nous poursuivons quant à nous dans la gorge principale pendant une petite demi-heure, les tuyaux amenant l'eau à Kato Zakros deviennent beaucoup plus visibles, un regard permet de se rafraîchir et débarrasser des gouttes de sueur
Le chemin devient plus difficile à suivre, sans ombre du tout et il commence à monter pour de «vrai», aussi nous rebroussons chemin et allons casser la croûte à l'ombre d'un beau platane, non loin de la bifurcation.

Image


Au retour à Kato Zakros, c'est bain obligatoire, dans une eau super bonne.
Tout près du cams, un hippie d'un âge certain a installé son campement pour quelques jours (ou plus), il dort dans une vasque de sable ceinturée de petits cailloux, nous ne le réveillerons pas.
Par contre, deux petits canards se dandinant depuis la petite étendue d'eau de la rivière en direction de la plage ne se gêneront pas.

Image


Le soir, dîner à la taverne Akrogiali : ouzos et olives, mouton au four, poisson frais, salade grecque et retsina = 41,50 €, bon mais un peu cher et accueil commercial.
Next time, on en essaiera une autre.

Le lendemain samedi, réveil sous un grand soleil.
Nous partons vers 8 heures pour une petite rando au nord le long de la mer, en direction de la grotte de Pelekita.
Temps total : 2h15 dont 1h15 pour l'aller. Peu de dénivelée, juste un petit raidillon sur la fin.

Kato Zakros, vu depuis le nord :

Image

Le sentier est évident, bien balisé (c'est le tronçon terminal du E4), bien tracé et dans un environnement très aride, sans aucune ombre à part dans la grotte (donc ne pas oublier eau, lunettes de soleil et chapeau, ça tape !).
On verra quelques chèvres, à part ça, juste un couple qui a l'air d'avoir chaud et qui s'arrêtera en route.

Image

Image

Image

La grotte a son ouverture vers l'est, une centaine de mètres au-dessus de l'eau, elle est profonde, un sentier en descente permet de visiter les premiers mètres. Nous faisons fuir des oiseaux et des chèvres qui y appréciaient l'ombre.
Prenez une lampe si vous voulez aller plus loin pour voir les stalactites et stalagmites, elle fait, parait-il, 300 mètres de long.

Image

Image

Pour ceux qui comprennent l'allemand ---> plus de détails et photos ici


Nous quittons Kato Zakros vers midi et remontons vers Zakros pour des courses (plein d'eau un peu avant, au parking déjà évoqué).
Le boulanger du coin, pas très gracieux, n'a plus de pain mais les locaux attablés au kafenion, que j'interroge avec mes quelques phrases de grec, nous indiquent une épicerie qui en a.
Du coup, on revient boire un petit ouzo avec eux. Gia Mas ou pour l'écrire comme eux 'για μας' ! C'est-à-dire 'A la notre'
:%%£:

A SUIVRE
Destrier: 7 Laux, du sur mesure Isère Evasion
Membre UCCF FFACCC
“A l'école, on m'a demandé ce que je voulais être plus tard. J'ai dit 'heureux'. Vous n''avez pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie”John Lennon

Avatar du membre
Pit
Administrateur
Administrateur
Messages : 4406
Enregistré le : sam. 17 déc. 2011 11:59
Département [Pays] : Isère
Votre Camping-Car : Ducato L4H3 Isère Evasion Sept Laux sur mesure
Tranche d'Age : 55 à 75 ans
Localisation : Dans les Alpes ou en voyage

Re: Mai Juin 2014: Suite2 = Crète Côte Est

Message par Pit »

:߀¶:

Après cette petite halte à Zakros, nous continuons sur une dizaine de kms par une très belle route, beaux paysages puis magnifiques panoramas sur la côte, et arrivons à Xerokampos.
C'est un coin très isolé, assez aride, maigre végétation, quelques buissons et oliviers mais des plages superbes et très variées : rochers, galets, sable blond ou blanc et même une plage d'argile (massage à se faire soi-même!).

On va se poser au bord de la plage de Vourlia Agios Ioannis, près de 2 tavernes et on y passe l'après-midi, en profitant de la mer et du temps qui passe.

Image

Image

Image

En fin d'après-midi, petite marche de découverte le long des plages, vers le sud, tout près, une petite chapelle dominant la côte et une jolie petite plage en contrebas

Image
Image


Vers le nord, on arrive à d'autres plages de sable, plus isolées car pas de goudron pour les atteindre.

Nous décidons de nous poser pour la nuit dans un coin plus discret, sur un parking de terre atteint par une piste étroite mais bonne, non loin d'une grande lagune d'eau salée presque asséchée et d'une belle plage bordée sur un côté par une petite dune de sable.
Nous n'y verrons quasiment personne.

Plus tôt dans la saison, quand la lagune est complètement inondée, il paraît que c'est plein d'oiseaux migrateurs.

Il y a, tout près du cams, une grande douche de plage qui va nous permettre de nous rincer après les bains de mer et d'économiser l'eau du réservoir.

Image

Image



Dimanche 25 Mai 2014.

Peu de moustiques la nuit malgré la proximité de la lagune. Il fait grand beau temps, et 25° le matin.
Nous partons à pied plus ou moins le long de la côte vers le sud ouest, le «port» d'Amatos et le hameau de Agia Irini au débouché de la gorge du même nom.

D'abord du goudron, puis piste, puis sentier puis de vagues traces puis plus rien, aucune végétation, un très mauvais terrain de rochers coupants, et vers la crique d'Agia Irini, le passage de la falaise, vu de loin, ne semble pas évident
Compte-tenu du cagnard qui nous assoiffe dans ce terrain un peu lunaire, la décision c'est demi-tour et baignade bienvenue à Mazida Ammos.

La belle plage de Mazida Ammos est surplombée par quelques possibilités d'hébergement et est assez fréquentée

Image

La piste en direction du havre d'Amatos, qui est juste un point pour mise à l'eau des bateaux.

Image

Image

Image


Déjeuner dans une des tavernes d'Ambelos et retour à notre bivouac, deux voitures garées sur le parking, 5 personnes sur la grande plage où nous allons faire trempette et un peu de bronzette.
:Æ«%µ:

Image

Dès 17h nous sommes de nouveau tout seuls; au loin, un joueur de saxo joue face à la mer.

Lundi 26 Mai

Ciel un peu voilé, 25° le matin.

Nous prenons la superbe route (ne doit pas être très vieille) toute en lacets qui monte au-dessus de Mazida Ammos sur environ 20 km vers Ziros; ma femme a écrit dans le livre de bord "je n'aimerais pas la prendre à la descente".
;)
En tous cas elle nous offre de superbes panoramas sur la mer de Libye, l'île de Koufonissi et les plages de Xerokampos.

Image

Image

Puis on rentre dans l'intérieur des terres, on laisse à gauche la piste vers Agia Irini et on passe au large de Hametoulo, un petit hameau à l'air presque abandonné, accroché à la montagne au-dessus d'un petit bassin un peu plus vert.
Ensuite on passe près d'un terrain militaire, surmonté d'un dôme de radar qui coiffe la montagne dominant Ziros.

Nous ignorons délibérément le bourg de Ziros et prenons la bifurcation (bonne route !) vers Aghia Triada puis une bonne descente vers la mer, l'idée étant d'aller visiter la plage de Livari.
Cependant je n'avais pas anticipé que la centrale thermique de Atherinolakos, en plus de gâcher un peu le paysage, était une source importante de pollution avec des vapeurs jaunâtres légèrement soufrées très désagréables.
Etrange cette centrale au fioul au bord de la mer dans un coin complètement désert.

Image


Nous arrivons à Goudouras, un village agricole dont les serres plastiques défigurent bien le site

Image

Nous nous arrêtons pour quelques couses dans un mini market et boire un café, le village n'a pas beaucoup de charme, la plage non plus, mais il y a possibilité de bivouac nocturne.

La route du bord de mer est jolie

Notre prochaine halte sera le monastère de Kapsa, juste au-dessus de la route, au débouché d'une belle gorge. On peut se garer en contrebas (et même y passer la nuit) mais attention aux branches basses si vous voulez vous approcher de la mer et/ou être à l'ombre.

Image

Image

Nous n'avons pas trouvé un grand intérêt à ce monastère, possession lui aussi des moines de Toplou. Quelques mosaïque de pierres polies, une belle fontaine, une terrasse ombragée et un peu plus haut une grotte ayant abrité un saint homme.
Sans doute plus intéressant si vous avez le temps :
randonner dans la gorge de Perivolakia; elle fait un peu plus de 4 km de long, ce n'est, à ce que j'ai lu, pas difficile : pour monter jusqu'en haut il faut environ 2 heures (plus 1h30 pour redescendre par le même chemin).

Nous continuons vers l'ouest et allons nous poser à côté de Lagkada, sur une piste en cul de sac qui longe une belle plage (sable et petits galest), notre bivouac sera à l'opposé de la taverne et des parasols.
Attention, la petite route goudronnée qui y descend est vraiment étroite et je ne me suis faufilé entre les maisons du bas qu'avec de grandes précautions (rétros repliés), et en ayant été obligé de déplacer un arbuste dans son pot, avec l'aide de la tavernière.
Le lendemain, pour repartir, après une reconnaissance à pied, j'ai préféré emprunter la piste un peu raide qui remonte de la plage vers une oliveraie et rejoint la grand route.

Image

Image

A l'extrémité Est de la baie, un petit promontoire domine une plage très isolée (sans doute fréquentée par des nudistes), où l'on doit peut-être pouvoir arriver avec le fourgon.

Image

L'eau est bonne, le soleil chauffe mais une petite brise rend ça supportable.

Le soir, pour me faire pardonner d'avoir failli flinguer son arbuste, nous allons dîner à la taverne : ouzos, gavros, seiche au vin, salade, tsatziki et vin blanc pour 30 € (petits desserts offerts : yaourts aux fruits confits). Correct sans plus.
Il n'y avait qu'une seule autre table occupée en ce lundi; le soir nous sommes seuls sur la plage et pourrons en profiter en toute intimité le lendemain matin.

Au programme des jours suivants : la côte Sud.

:f€¶ŋon:
Destrier: 7 Laux, du sur mesure Isère Evasion
Membre UCCF FFACCC
“A l'école, on m'a demandé ce que je voulais être plus tard. J'ai dit 'heureux'. Vous n''avez pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie”John Lennon

Avatar du membre
Pit
Administrateur
Administrateur
Messages : 4406
Enregistré le : sam. 17 déc. 2011 11:59
Département [Pays] : Isère
Votre Camping-Car : Ducato L4H3 Isère Evasion Sept Laux sur mesure
Tranche d'Age : 55 à 75 ans
Localisation : Dans les Alpes ou en voyage

Mai Juin 2014: Suite3 = Crète Côte Sud

Message par Pit »

Ce récit se rattache à notre périple en camping-car, plus vaste, du Printemps 2014, dont vous trouverez la présentation ICI dans la même rubrique.

La destination principale était la Crète, mais nous avons au passage visité d'autres régions de Grèce (île de Cythère, intérieur du pays, ...) vu que, étant à la retraite, nous avons tout le temps.
:grin:
Après la côte Nord et la côte Est, nous allons parcourir le Sud de la Crète, par endroit vraiment isolé et pas très accessible en camping-car vu le relief et les pistes (on en verra d'ailleurs très peu, principalement quelques Transporter VW et deux ou trois camions CC 4x4).

En allant vers l'Ouest à partir de Matala, c'est plus touristique, et avec quelques CC.
Mais aucun très grand complexe touristique. Il y a juste, comme sur la côte Est, quelques petits hôtels (des moyens par endroit : de Makri Gialos à Ierapetra, vers Plakias, Matala, Agia Galini, ...), et des chambres chez l'habitant.
Il y a de rares campings (un vers l'est et 3 ou 4 vers l'ouest), et aussi bien sûr des touristes à la journée en voiture de location.

Sur toute la côte Sud, en particulier dans la région de Ierapetra, les hivers sont normalement très doux.
Cela explique que l'activité principale est l'agriculture, avec une présence généralisée de grandes serres : tomates, poivrons, aubergines, bananes, ...etc …
Dans certains cas, ces installations sont situées à quelques mètres des plages fréquentées par les touristes.

Mardi 27 Mai 2014

Presque 7 semaines que nous sommes en vadrouille.
La nuit sur la plage à l'est de Makri Gialos fut très calme, le matin la température était de 28°, donc bain obligatoire dans la grande bleue : super, la plage pour nous tout seuls.

Nous reprenons la route côtière après avoir franchi en force les deux raidillons de la piste.

Makri Gialos est le site le plus touristique de cette côte, nous ne nous y arrêterons pas, et idem à Koutsouras et les autres stations balnéaires, ça ne ressemble plus du tout à nos souvenirs de 1978.

Nous allons à Ierapetra, au passage on vérifie que le camping de Koutsounari est ouvert (c'est le seul de toute la partie Est de cette côte Sud).
Courses au Lidl de Ierapetra (il y a aussi un Carrefour) puis on trouve à se garer, non loin de la mer et du centre, sur un grand parking en terre.
Visite, sous la chaleur, de la ville, en particulier vers le port et la forteresse vénitienne, dans les petites ruelles aux alentours : ne supporte pas la comparaison avec Hania, Rethymnon ou Iraklion.
C'est une petite ville, dans les 20 000 habitants, la plus méridionale de toute l'Europe.

Pas pris de photos de la ville, oublié l'APN dans le CC ! Mais pas de regrets, il y en a sur Internet.

Beaucoup de tavernes et marchands divers assez accrocheurs le long de la mer.
Nous nous rabattons sur l'intérieur de la ville et déjeunons dans un petit bistrot grec de saucisses de viande hachée, tsatziki et pichet de blanc, le tout pour 8 € à deux !

Nous gagnons ensuite le camping de Koutsounari où j'ai du mal à trouver quelqu'un et en particulier la gérante.
Elle m'annonce le prix : 21,50 € avec le 220, 17,50 € sans le 220
Nous allons nous installer le plus près possible de la plage, il n'y a presque personne, aucun CC, deux tentes, une caravane
C'est le camping le moins bien de tout notre périple crétois, tant pour les emplacements (petits), les commodités que pour le site tout en longueur et la plage pas terrible.
Ce camping est, semble-t-il, surtout axé sur la location de lodges et studios.

Et la piscine tant vantée n'a pas d'eau alors qu'on est fin Mai et qu'il fait chaud, ce qui nous chagrine vu que la plage = bof et que la mer est forte; de plus il n'y a pas de WIFI , le bar et le restaurant sont fermés, et cerise sur le gâteau les parasols de plage sont absents !
:HUMđ←|{ð: et :cry:
Aussi je retourne vers la gérante et avec un mélange de grec et d'anglais je réussis à lui faire baisser le prix à 18 €, branchement 220 compris.

Image

On fait une grande lessive, on se ravitaille en eau et basta.


Mercredi 28 Mai

Réveil sous les nuages, il fait chaud et lourd (30° à 10h).

Nous prenons la route vers l'ouest, des milliers de serres à perte de vue entre Ierapetra et Myrtos.
En prévision des contrées plus sauvages que nous allons rencontrer, je fais le plein de GO à Nea Anatoli.

Myrtos est un charmant village de bord de mer, un peu touristique, beaucoup de tavernes (racoleuses) sur le front de mer mais pas défiguré.
Le climat y est agréable toute l'année, aucun vent du nord à cause de la barrière des monts Dikti.

Image

Mais c'est difficile de s'y garer, et aussi de traverser le village (rue étroite et voitures garées à la grecque!) car nous quittons maintenant la grand route pour suivre une route côtière vers Vatos, d'abord goudronnée puis un bon tronçon en terre (mais bien carrossable, juste un peu effondrée par endroits).
La route domine la mer et une plage très étroite de quelques mètres, les rochers ou la falaise de terre dominent la route et ça semble bien travaillé par l'érosion : pas bien envie de s'arrêter des fois qu'on reçoive quelques M3 sur le toit.

Image

Image

Nous cassons la croûte à l'entrée de Tertsa, un tout petit village, sans charme extraordinaire mais authentique, très peu de monde, un petit mini-market, trois tavernes, une belle plage de sable gris devant le village, et d'autres plus isolées en allant vers l'ouest (à pied) :
très paisible !
Un peu la Crète que nous avons connue en 1978; les gens vivent principalement de la culture des bananes et des primeurs, pas mal de serres en plastique blanc dans le paysage, le tourisme y est pour l'instant peu développé, même pas vu de parasols sur la plage !
Il y fait bon chaud comme partout sur cette portion de côte abritée des vents du Nord.

Vers la sortie ouest de Tertsa (traversée étroite + balcons et arbres), il y a un coin où se poser, assez petit, mais c'est squatté par des gens du coin.

La route monte un peu vers l'intérieur, ça tourne et vire et voilà Sidonia, aussi appelé Kato Psari Forada, un village au bord de la mer, plus important et plus fréquenté que Tertsa, il y a une plus grande plage de sable gris, mais rien de vraiment sédusant.


Nous arrivons ensuite, après avoir longé de nombreuses serres, à Arvi, un gros village plutôt moche, des maisons décrépies, un grand port, une plage, des possibilités pour se poser mais sans charme.

Image

Aussi nous continuons vers l'ouest et nous posons finalement vers 16 h à l'Est de Keratocambos, sous les tamaris, au bord de l'eau (à l'Est du hameau de Monobouka; il y a là une douche, bien agréable pour se rincer, et - surprise - nous revoyons le fourgon bleu du 59 qui est posé à 100 mètres de nous.

Image

C'est une très longue plage de sable et galets qui démarre au petit port situé à l'ouest du village et se termine juste après notre coin de bivouac.
C'est donc un peu à l'écart (à peut-être 2 kms) du petit village, où il n'y a rien de notable si ce n'est que c'est plus fréquenté (tavernes, plage avec parasols, ...) que notre coin, et idem pour celui de Kastri qui fait suite à Keratokambos.
Le nom de Keratokambos signifierait 'le pays des caroubiers', il y avait ici aussi, dans les années 50, un commerce florissant de caroubes (on en fait de la farine et de la gomme, et cela a plusieurs utilisations dans l'industrie alimentaire et aussi en pharmacie et cosmétique).

En marchant à pied vers l'Est, après un rocher dans la mer, on atteint la belle plage d'Armenopetra, encore plus isolée (nudistes), avec juste quelques serres (bananes, ...). On doit pouvoir, depuis Kapsali, l'atteindre par une route ou piste mais pour s'y poser je ne sais pas si c'est bon.

La suite bientôt disponible, on approche des coins les plus isolés et les plus sauvages de Crète !
:f€¶ŋon:
Destrier: 7 Laux, du sur mesure Isère Evasion
Membre UCCF FFACCC
“A l'école, on m'a demandé ce que je voulais être plus tard. J'ai dit 'heureux'. Vous n''avez pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie”John Lennon

Avatar du membre
hva
Administrateur
Administrateur
Messages : 3138
Enregistré le : mar. 6 déc. 2011 18:21
Département [Pays] : Saône et Loire
Votre Camping-Car : Font-Vendome Mondéa
Tranche d'Age : 55 à 75 ans
Localisation : Bourgogne

Re: Mai Juin 2014: Suite2 = Crète Côte Est

Message par hva »

Merci Pierre pour le partage de ce beau périple, de quoi s'y aventurer en toute connaissance, avec quelques très beaux endroits de bivouac.

ça avait l'air vraiment tranquille, Mai-Juin, les touristes ne s'y sont pas encore engouffrés.

Mon épouse est allé y faire un séjour d'une semaine l'an dernier, elle a retenu ce coté "racoleur" mais pas désagréable des commerçants, notamment les restaurants ou on peut manger très bon pour pas très cher.

Beau descriptif que tu nous a fait là, ça donne une bonne idée .
C'était si beau que j'ai fermé les yeux

Avatar du membre
Pit
Administrateur
Administrateur
Messages : 4406
Enregistré le : sam. 17 déc. 2011 11:59
Département [Pays] : Isère
Votre Camping-Car : Ducato L4H3 Isère Evasion Sept Laux sur mesure
Tranche d'Age : 55 à 75 ans
Localisation : Dans les Alpes ou en voyage

Re: Mai Juin 2014: Suite3 = Crète Côte Sud

Message par Pit »

:f€¶ŋon:

Jeudi 29 Mai 2014

Réveil sous un grand soleil, 25°.
Après quelques km le long de la côte, on découvre depuis la route en surplomb une belle plage de sable avec un très beau site pour le bivouac et pour le farniente balnéaire, c'est Dermatos.

Image

Pour nous, c'est trop tôt, donc on continue et on s'arrête à Tsoutsouros, un petit village de pêcheurs, tranquille et agréable en cette saison; quelques cafés et tavernes sur le bord de mer, des gens souriants.

Image

Image

Vue vers le port de Tsoutsouros :

Image

Un point de chute à recommander, d'autant que l'on peut aller se balader à pied vers l'ouest : plage de Maridaki, cascades de Lichnistis, monastère et plage d'Agios Nikitas ...
:arrow: . Plus d'infos sur Tsoutsouros
Vu la proximité avec l'Egypte, ce village très isolé (l'accès routier n'était pas au top) a joué un rôle important, comme quelques autres au Sud de la Crète, dans la résistance contre les allemands dans les années 40.

Nous aurions pu (dû) nous y arrêter mais je voulais voir encore plus isolé !
Erreur :
à partir de Tsoutsouros, il n'y a plus de plaine côtière pendant des dizaines de kilomètres : c'est le rebord abrupt des Monts Asterousias (qui culmine au mont Kofinas à 1230 mètres d'altitude).
La montagne plonge littéralement dans la mer de Lybie, avec des paysages sublimes, si l'on apprécie les univers minéraux et arides.

Nous sommes d'abord remonté sur la route nationale par une jolie route en balcon et passons à Mesochori (à noter = une station service, sinon rien de spécial à part le paysage).
Des ruches par dizaines, comme souvent :

Image

A Pyrgos, et Charakas, au vu du relief et des pistes indiquées sur la carte, ma femme a émis un avis tout à fait négatif quant à la descente vers Tris Ekklisis qui était le coin que je visais
Je m'y suis rangé car je n'avais pas d'information sur l'état des pistes ni sur le % de pente à remonter ensuite (sans doute très important car il y a une très forte dénivelée sur peu de distance), et je me suis souvenu de notre sortie limite sur la piste de petits graviers et sable à Chalkos (Cythère).
Dommage, nous ne verrons pas le coin plus isolé de la Crète, ses colonies de gypaètes barbus et autres vautours, ni un des plus grands bois de caroubiers en Europe, nous ne profiterons pas de la quiétude du village, de ses tavernes et de ses plages, et nous ne ferons pas les belles randonnées à pied que l'on peut y faire.
Mise à jour : la piste entre Paranymfi et Tris Ekklisis a été asphaltée en 2017, c'est donc maintenant sans problème.
-->description et vidéo


J'ai fait, ces derniers jours, quelques recherches sur Internet :
la piste démarre à Paranymfi (ou à Mournia selon l'itinéraire choisi); sur les derniers kilomètres, elle est assez vertigineuse, sans aucune rambarde, elle a l'air en graviers fins sur une sous-couche (dure ? molle ?); reste à déterminer le % de pente car la remontée est par le même chemin.
Je sais que des camions CC 4x4 ont bivouaqué près des belles plages de Tris Ekklisis (voir photo) mais je n'ai trouvé aucun récit ni aucune photo de camping cariste sans 4x4 : j'ai juste lu qu'une voiture 4x4 était préférable; néanmoins on voit sur le net des photos avec plein de voitures 4x2, mais elles ont un rapport puissance/poids bien plus favorable que notre grand fourgon bien lourd et long.

Une photo de l'itinéraire et des virages terminaux (Google Map) :

Image

Des photos trouvées sur Google Earth :

Image

Image

Image

Donc nous continuons par la «grand» route vers Sternes, Vagiona et Vasiliki.
Au passage nous ignorons volontairement les pistes vers le monastère de Koudoumas, vers celui de Agios Ioannis et vers Tripiti : je me suis souvenu que c'était vraiment raide, et bien étroit !

A Vasiliki, la carte indique une route asphaltée vers Krotos, mais non, ce sera en fait de la piste, pas trop mauvaise, sur une dizaine de kms.
:o
A Krotos, il y a une forte rupture de pente à la jonction avec la route goudronnée qui va à Lentas, et j'ai accroché le dessous du Ducato vers le réservoir de gas oil : rien de grave heureusement, juste un bout de la protection du réservoir qui a un peu morflé.
Dans le coin, j'ai noté 'point d'eau' sur la carte mais je ne m'en souviens pas.

Ensuite c'est une descente, raide mais sans plus, sur Dytiko et sur Lendas : sur du goudron.
:-)
A gauche du promontoire du Lion, c'est Lendas et la piste vers Loutro et le nouveau port, à droite c'est le hameau de Dytikos :

Image

Vue du village de Lendas :

Image

La chapelle à l'entrée du village (parking juste en dessous, ne pas rentrer dans le village sans avoir fait une reconnaissance à pied !)

Image

Le village en lui même se résume à quelques ruelles en pente vers la mer, pas mal de chambres à louer, des tavernes, une petite plage, quelques vestiges d'un site ancien : rien d'enthousiasmant, mais c'est calme et raisonnablement touristique.

Casse-croute dans la cuvette du port à 3 ou 4 km à l'est du village (vers le cap Trachyla), par une piste quelquefois pas terrible - avec quelquefois du goudron -.

Image

Une chaleur étouffante sur le quai, ce qui nous incitera à aller voir ailleurs pour bivouaquer.
Malheureusement les rares emplacements sympa, tant à l'est qu'à l'ouest de Lendas, étaient soit pris (CC 4x4 allemands, petites tentes) soit avec un accès craignos (à peine bon pour un Transpo VW pas timide).
En particulier, les coins que j'avais repéré sur Google Earth à l'est et à l'ouest de la plage de Dytikos (tavernes) s’avéreront trop limite.

Nous décidons de continuer vers l'ouest en bord de mer; vers Gerokambos, c'est de la piste sur 7 ou 8 km, quelquefois pas très bonne, étroite et tortueuse, et quelquefois avec un bout de goudron alors que la carte nous dit que c'est une route asphaltée !
:o
Photo de la piste dans la descente vers Platia Peramata, avec un bivouac sans doute possible au bord de l'eau mais nous n'avons pas vérifié le chemin qui descend vers la mer (par rapport à nos 3 T 5 bien tassés) :

Image

Après Platia Peramata, petit village perdu, plage (bivouac possible mais pas terrible comme environnement), nous renonçons à prendre la piste de 8 km vers Kali Limenes, son début ne nous inspire pas, d'autant que le temps change, quelques gouttes de pluie commencent à tomber, et sur une piste qu'on ne connaît pas .......

Donc, nous partons au nord, direction Platanos et rejoignons la grande route vers Mires, à l'ouest du site de Gortys, et des coins que nous avons visité en 1978.

Nous poursuivons vers Matala : grosse déception, c'est devenu hyper touristique (rien à voir avec nos souvenirs), des cars et des voitures en pagaille, des hôtels, du monde, du bruit !! Entre les touristes qui logent sur place et tous ceux de la côte Nord qui viennent découvrir Matala, ça bouge, et les tavernes sont pleines.
Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous renvoie vers Internet. Le site est sympa et il y a de belles plages dans le coin.

On rebrousse chemin pour aller voir le coin de Kalamaki où je pensais que l'on pourrait se poser.
Mais non, c'est construit de partout maintenant, c'est devenu une station balnéaire avec plein de petits hôtels et tavernes en front de mer, plein de monde là aussi. Quand même un parking un peu en arrière de la mer, mais cerné et proche de la rue principale.

Nous mettons au final le cap vers Agia Galini et son camping.

Cette journée, marquée 'Pistes' par ma femme dans le journal de bord, m'a un peu déçu.
J'ai regretté de ne pas avoir un CC 4x4 ou à motricité renforcée ou un petit fourgon musclé genre Transpo ou Trafic pour emprunter certaines pistes et aller explorer cette côte sauvage et bien pentue, trouver un bivouac sympa et se lancer dans quelques randos dans ces paysages minéraux.
Destrier: 7 Laux, du sur mesure Isère Evasion
Membre UCCF FFACCC
“A l'école, on m'a demandé ce que je voulais être plus tard. J'ai dit 'heureux'. Vous n''avez pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie”John Lennon

Avatar du membre
Pit
Administrateur
Administrateur
Messages : 4406
Enregistré le : sam. 17 déc. 2011 11:59
Département [Pays] : Isère
Votre Camping-Car : Ducato L4H3 Isère Evasion Sept Laux sur mesure
Tranche d'Age : 55 à 75 ans
Localisation : Dans les Alpes ou en voyage

Re: Mai Juin 2014: Suite3 = Crète Côte Sud

Message par Pit »

:peinæ¶ðffe:
Nous sommes maintenant revenus vers des coins plus touristiques.
Entre Matala et Agia Galini la côte est bien fréquentée, les plages (Matala, Kommos, Kalamaki, Kokkinos Pirgos, ...) attirent du monde et les routes sont bonnes ou même très bonnes, quoique quelquefois étroites.

Nous nous sommes posés au camping No Problem, à proximité immédiate de la plage et pas loin du port de Agia Galini, juste à côté de la rivière.
Camping assez petit, agréable, très ombragé, une belle petite piscine, un peu de monde, bar resto épicerie, ... Prix 16 € par jour avec le 220.
Nous y sommes restés 3 nuits.

Le fourgon est tout poussiéreux suite aux pistes empruntées et les quelques gouttes de la veille n'ont rien arrangé, le nettoyage est à prévoir, le panneau solaire est à la traine !

On va prendre l'apéro au bar du camping, un petit mézé nous est offert mais les odeurs s'échappant de la cuisine nous incitent à aller voir ailleurs pour le dîner.
Ce sera un des nombreux bistrots (le Stochos) sur la plage, avant le village : plein de monde, beaucoup de tables d'allemands en goguette (sans doute dernière soirée de leur voyage), une ambiance sympa, pitreries d'un serveur pour amuser la galerie, serveuse agréable, nombreuses tournées de bière ou vin, et alcool pour les tables voisines.
Après interview de nos voisins allemands, nous commandons des aubergines grillées, un mixed grill, un poulet au four, du tsatsiki, du vin blanc. Ce fut très copieux, le tout 30 € (tsipouro offerts).

Vendredi 30 Mai

Réveillé par les oies du voisinage. Il fait beau et agréablement chaud.
Nous allons faire un tour au village, sentier pavé qui longe la mer et les bistrots, des maisons accrochées à la montagne, des tavernes et des bistrots à tous les étages, joli dégringolade de façades blanches fleuries, de petites ruelles escarpées.
Peu de voitures car seule une rue est autorisée à la circulation et le parking du port est vite plein.

Le port est sympa, nous savourons le temps qui passe dans un bar, c'est, en cette saison, plus calme et paisible que ce à quoi je m'attendais vu le monde dans les bistrots la veille.
Certainement à fuir à la haute saison, les habitants se sont bien mis au tourisme, et les touristes apprécient vu que c'est quand même joli et bien situé au centre de la côte Sud, donc une bonne base pour explorer cette partie de la Crète.

Image

Image

Image

Au fond la plage (pas terrible, du sable avec beaucoup de graviers, et trop de bistrots), et quelque part sous les arbres le camping :

Image


Une vue du site, photo en provenance de agia-galini.com

Image


Nous montons sur un genre d’amphithéâtre qui domine le port, il y a là les statues d'Icare et de son père Dédale, dont la légende dit qu'ils cherchaient à s'enfuir de Crète pour retourner à Athènes

Image

La légende --- fld http://fr.wikipedia.org/wiki/Icare (pour ceux qui, comme moi, ont oublié les détails)
:?

Après quelques courses au supermarché, on rentre au camping : piscine, nettoyage du cams (et du panneau solaire), sieste, farniente et re-piscine.

Discussion avec des allemands qui visiblement randonnent (grosses chaussures en train de sécher) ---> je glane quelques tuyaux pour le lendemain.

Samedi 31 Mai

Grand beau, chaud sans plus.
Nous partons en balade vers le sud le long de la mer, à flanc de montagne, en direction de Kokkinos Pirgos.
Vue de Agia Galini depuis le sentier, que l'on devine

Image

Le sentier devient assez mauvais : éboulements et ravinements. Au-dessus de nous il y a de jolies falaises, bien découpées, dans un matériau plutôt meuble, jolie couleur ocre. Le terrain est du genre bien instable et la piste qui avait été tracée à flanc n'a pas dû résister bien longtemps.

Image

Au bout d'un moment, nous devons faire demi-tour : pour continuer, il aurait fallu descendre dans la mer et on n'avait pas pris le maillot de bain !

Donc changement de programme, nous allons à Agia Galini et continuons au nord par une petite piste qui monte bien puis un sentier, en direction de Agios Georgios (chapelle et plage).
Vue depuis le chemin sur une piste toute récente, sans doute quelques belles villas vont surgir bientôt et dominer la mer.

Image

Nous rejoignons la petite route, ignorons pour l'instant la plage bien qu'il fasse maintenant bien chaud et nous allons jusqu'à la petite chapelle de Saint Georges, toute de travers, très mignonne, dans un coin bien isolé : en dehors de la plage, nous ne verrons personne, aucun marcheur, aucune voiture.

Image

Image

On se repose un peu à l'ombre, on se rafraichit (il y a de l'eau !); même si la température est agréable, j'ai bien transpiré.
Qu'est que ce doit être l'été !
:Æ«%µ:
Tout au long du chemin, il y a de belles vues vers les îles, inhabitées car pas un brin d'eau, de Paximadia où, d'après la légende, Apollon et Artemis seraient nés.
Ici, une vue depuis la terrasse de la taverne Nikos

Image

Direction la plage, toute étroite et pas sublime. Qui plus est, nudisme interdit !!

Image

Il y a là deux tavernes, on en choisit une pour déjeuner (souvlaki poulet, salade de poulpe, dakos, vin blanc, café = 26 € = qualité très moyenne mais bon accueil). On aurait sans doute dû choisir l'autre taverne pour mieux manger, mais un peu plus chicos, donc plus chère.
Peu de clients (et de baigneurs) dans les deux tavernes

Image


Retour au camping par le même chemin.

Il y a, quand la mer n'est pas trop agitée, un taxi boat qui fait la liaison avec Agia Galini, mais le ponton a connu des jours meilleurs

Image

Donc une petite balade de environ 10 km, 4 à 500 m de dénivelée cumulée, points bleus par ci par là, bien les repérer pour s'éviter des détours.
Nous ne verrons pas d'endroit où se poser en cams, même petit ! Le camping semble à peu près obligatoire dans ce coin.
Ou alors se poser en tant que client sur le parking de la taverne Nikos : c'est à peu près plat. Nikos loue des chambres qui doivent être agréables; le "parking" de l'autre taverne, celle que nous avons testé, ne se prête pas vraiment au bivouac et l'accès en est plutôt limite, sauf pour un Transpo ou similaire.

D'après les allemands du camping, sur place depuis plusieurs jours, il y a d'autres randonnées à pied à faire depuis Agia Galini : vers la chapelle troglodyte de Agios Antonios, vers les falaises de Agia Galini ou vers des villages voisins.

A suivre avec l'exploration de l'ouest de la côte Sud.
:f€¶ŋon:
Destrier: 7 Laux, du sur mesure Isère Evasion
Membre UCCF FFACCC
“A l'école, on m'a demandé ce que je voulais être plus tard. J'ai dit 'heureux'. Vous n''avez pas compris la question, j'ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie”John Lennon

Retourner vers « Voyages terminés »